De Balconville à Condoville?

De Balconville à Condoville? Les enjeux du changement urbain dans le Montréal postindustriel

Centre d'histoire orale et de récits numérisés, Chaire de recherche du Canada en histoire orale, Centre d'histoire de Montréal et Parcs Canada - Lieu historique national du Canal-de-Lachine

2012-2014

Le projet de recherche en histoire orale et nouveaux médias De Balconville à Condoville? Les enjeux du changement urbain dans le Montréal postindustriel se penche sur les changements urbains survenus dans les quartiers montréalais de Saint-Henri, Côte-Saint-Paul et Pointe-Saint-Charles, ainsi qu'aux transformations du canal de Lachine, depuis 1945.

Pointe St-Charles (Montreal), 1967, Gabor Szilasi

Le projet de recherche en histoire orale et nouveaux médias De Balconville à Condoville? Les enjeux du changement urbain dans le Montréal postindustriel se penche sur les changements urbains survenus dans les quartiers montréalais de Saint-Henri, Côte-Saint-Paul et Pointe-Saint-Charles, ainsi qu'aux transformations du canal de Lachine, depuis 1945. Ces quartiers, intégrés dans l'arrondissement actuel du Sud-Ouest, étaient décrits de façon imagée par les urbanistes de la fin du XIXe siècle comme "la ville à l'ombre de la montagne" (The City Below the Hill). Ces quartiers ouvriers et immigrants se sont formés autour du district industriel situé de part et d'autre du canal de Lachine sur près de huit kilomètres. Un observateur notait en 1868 que "une promenade le long du Canal atuour de l'écluse Saint-Gabriel rendra évidente au promeneur toute l'étendue et l'importance des intérêts industriels pour la ville." La même promenade de nos jours laisse une toute autre impression. Les manufactures ont été détruites ou transformées en condominiums de luxe et le canal de Lachine est aujourd'hui une zone récréative gérée par Parcs Canada. Les quelques éléments du passé industriel du secteur qui demeurent servent à confirmer que nous vivons bien à l'ère post-industrielle.

Les impacts de la désindustrialisation, de la banlieusardisation et la construction de méga-autoroutes ont ravagé les quartiers ouvriers voisins du canal de Lachine, menant à un déclin de population, à une hausse du chômage et à d'autres problèmes sociaux. Ils ont aussi donné vie à une mobilisation et à une résistance populaires. En particulier, le quartier Pointe-Saint-Charles est devenu synonyme d'activisme communautaire au Québec. Cette solidarité sans faille contraste vivement avec la réalité du quartier voisin de Côte-Saint-Paul. Pour sa part, Saint-Henri se compose de plusieurs anciens quartiers contigus. On s'intéresse particulièrement à la Petite-Bourgogne, le coeur historique de la communauté antillaise, et à Griffintown, autrefois une vibrante communauté ouvrière irlandaise. Ces deux quartiers ont traversé des temps durs et subi des tentatives controversées de renouvellement. Des zones d'affluence ont ainsi émergé, portées par des efforts de gentrification et d'adaptation d'anciens sites industriels. Des espaces publics comme le marché Atwater se sont transformés, tout comme le canal. La "ville à l'ombre de la montagne" du Montréal postindustriel représente donc une occasion d'examiner le changement urbain dans toute sa complexité.

 

Français