Inventer Coopville

Inventer Coopville: Niveaux d'activisme dans Pointe-Saint-Charles (1983-1992)

Simon Vickers

2012-2013
Archives de l’Université Mcgill, MUA 2008-0024.01.05.22

La plupart des écrits traitant des coopératives d’habitation s’appuient sur un préjugé favorable envers celles-ci. Ces récits célèbrent l'abordabilité et le sens de la communauté qu'ils associent aux coopératives d'habitation. La reconnaissance du fait que, de par leur processus de sélection des résidents, les coopératives d'habitation sont par définition exclusives est généralement exclue du discours.

Ce mémoire propose une approche plus critique des coopératives d’habitation en élargissant le regard au-delà des coopératives en tant que telles pour s’intéresser à la façon dont elles sont perçues dans le contexte du quartier.

En 1983, des militants du quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal ont lancé PROJET St-Charles. En le présentant comme une alternative aux stratégies de revitalisation du gouvernement municipal plutôt axées sur l’embourgeoisement, les partisans de PROJET ont participé à la construction de 500 coopératives non-marchandes au cours des trois années suivantes.

Dans la décennie qui a suivi, les débats sur la façon de financer, de construire et d’occuper ces coopératives ont révélé les multiples courants sous-jacents de la culture et de l'activisme dans Pointe-Saint-Charles. Bien que les différents niveaux de relations sociales aient normalement pu coexister, le processus de sélection des membres de la coopérative implique que le Comite soit sélectif. De par son rôle dans le développement d’un plan pour construire et occuper des coopératives dans le quartier, le Comité St-Charles a littéralement choisi les personnes qui représenteraient Pointe-St-Charles dans les années à venir.

Français